shogun banniere

L’Histoire des Shoguns du Japon

Le terme Shogun (将軍) était utilisé pour désigner les dictateurs militaires qui ont contrôlé le Japon de 1192 à 1868. Il signifiait chef de l’armée. Durant cette période, 41 shoguns successifs ont contrôlé la quasi-totalité du pays par le biais du pouvoir militaire.

Le titre de shogun était réservé au poste le plus élevé des forces armées japonaises et était comparable au grade militaire de général. Shogun est un acronyme du titre sei-i taishogun, qui se traduit par « grand général de l’armée qui soumet les barbares ».

L’empereur avait l’habitude de décerner ce titre honorifique aux généraux qui étaient considérés comme les plus grands chefs des campagnes militaires contre les populations barbares entre le VIIe et le XIIe siècle.

À l’époque où la capitale a été déplacée de Nara à Heian, les six premiers taishoguns ont été choisis après que les clans de la cour eurent politiquement déposé l’empereur.

Ils étaient ostensiblement soumis à l’autorité du souverain, mais dans la pratique, ils disposaient d’une autonomie considérable.

  • Otomaro no tomo (793-794)
  • Tamuramaro Sakanoue (797-811)
  • Fun’ya no Watamaro (813)
  • Fujiwara no Tadabumi (940)
  • Yoshinaka Minamoto (1184)

Les familles Taira, Fujiwara, Minamoto et Hojo étaient les familles les plus puissantes du Japon vers la fin du XIIe siècle, lorsque les conflits de pouvoir entre clans rivaux se sont intensifiés, donnant lieu aux premières dictatures militaires du shogun.

shogun japon

1. Shogunat de Kamakura (1192-1333)

Minamoto no Yoritomo, l’un des clans du clan Minamoto, choisit de s’allier aux camps du clan Hojo afin de remporter la guerre de Gempei, née des intrigues et des difficultés de la cour.

Il réussit à constituer une force importante dans son château du fief de Kamakura, qu’il utilise pour vaincre les Taira à la bataille de Dan-no-ura en 1185.

Son pouvoir s’accroît avec la défaite des Taira, ce qui lui permet de régner sur l’ensemble du paysage politique japonais.

Yoritomo réforme l’organisation administrative du pays et reçoit le titre de shgun de l’empereur Go-Toba en 1192.

Grâce à la vaste autorité militaire et politique qu’il a accumulée, il devient une sorte de dictateur, annulant le pouvoir politique de l’empereur et pouvant dominer tous les clans concurrents encore au pouvoir.

Il choisit ensuite de rendre le titre de shogun héréditaire, établissant ainsi le premier shogunat, connu sous le nom de shogunat de Kamakura (bakufu).

Huit shoguns ont succédé à Yoritomo, qui étaient tous des membres du clan Minamoto ou des branches de ce clan.

Le shogunat de Kamakura a duré jusqu’en 1333, lorsque les armées des clans restants de l’empereur ont renversé le shogunat dans une tentative de restauration de la monarchie.

Minamoto
Minamoto no Yoritomo

2. La restauration de Kemmu (1333-1336)

Après l’effondrement de Kamakura, la restauration de Kemmu a lieu, au cours de laquelle l’empereur Go-Daigo reprend le pouvoir et son fils, le prince Morinaga (ou Moriyoshi), obtient le titre de shogun.

L’aristocratie militaire, commandée par le clan Ashikaga, n’apprécie pas le nouveau shogun et le destitue, l’accusant de comploter contre Ashikaga Takauji.

Son demi-frère Narinaga fut alors élu comme le prochain shogun à sa place.

Même les Ashikaga, qui avaient décidé de faire la guerre à l’armée impériale, n’appréciaient pas ce shogun.

Lorsque les Ashikaga triomphèrent dans la bataille de 1336, ils prirent le contrôle de la capitale de Heian, évincèrent Narinaga et installèrent Komyo, le fils de l’empereur Go-Fushimi, comme nouvel empereur.

Le désormais ex-empereur Go-Daigo fut contraint de chercher asile avec sa cour à Yoshino, l’actuelle préfecture de Nara, marquant ainsi le début de l’ère Nanbokucho dans l’histoire du Japon.

À cette époque, le Japon comptait deux cours, l’une au nord et l’autre au sud, jusqu’à ce que les soldats du shogun détruisent celle de Go-daigo à Yoshino en 1392.

Go Daigo
Go Daigo

3. Shogunat d’Ashikaga (1336-1573)

Le shogunat d’Ashikaga a été établi en 1336 et a gouverné pendant l’ère Muromachi du Japon.

Muromachi n’était que le nom d’une rue de Heian (aujourd’hui Kyoto), la capitale du Japon.

Les frères Takauji et Tadayoshi du clan Ashikaga, qui avaient aidé l’empereur Go-Daigo à vaincre les Kamakura, étaient mécontents de la politique de l’empereur et cherchaient à prendre le pouvoir en faisant revivre le shogunat.

Takauji, le premier membre des Ashikaga à être élu shogun, fut élu en 1338. Quatorze shoguns du clan lui succédèrent jusqu’à ce que le dernier Ashikaga, Yoshiaki, soit vaincu au combat par les forces rebelles menées par Oda Nobunaga, célèbre général et chef du clan Oda en plein développement, lors de la guerre de 1573.

Lorsque Yoshiaki fut déporté par le général Nobunaga, une réorganisation spectaculaire des rangs aristocratiques du Japon commença.

S’il refuse de prendre le titre de nouveau Shogun du pays, il répartit entre ses vassaux les fiefs des nombreux clans conquis au combat.

Durant cette période de l’histoire, connue sous le nom d’ère Sengoku (Sengoku jidai), le royaume est déchiré par plusieurs guerres civiles.

Grâce à sa puissance militaire, le général tente de mettre fin aux combats en désarmant les paysans, tous devenus des combattants.

takauji
Takauji

4. Le shogunat des Tokugawa (1603-1867)

La légendaire bataille de Sekigahara, en 1600, marque la fin des guerres civiles.

L’alliance menée par le général Tokugawa Ieyasu remporta ce combat massif et terrible.

Ieayasu était le puissant chef du clan Tokugawa, ainsi qu’un allié du clan Oda.

Après 150 ans de combats, il a finalement réussi à établir l’unité nationale en battant les partisans d’Ashikaga dans une bataille.

L’empereur Go-Yozei nomma Ieyasu comme shogun en 1603 et établit le shogunat Tokugawa.

La nation a connu une longue période de paix et de stabilité politique pendant ce shogunat.

La capitale a été transférée à Edo, où les fondations du Tokyo contemporain ont été posées.

Cette période, appelée « période Edo » en raison du nom de la capitale, a duré jusqu’en 1868.

Quatorze shoguns ont succédé à Ieyasu, et le Japon n’a jamais connu d’autre shogun après la mort du dernier shogun, Tokugawa Yoshinobu.

Le pays traverse alors une profonde crise économique et identitaire, exacerbée par les pressions étrangères, notamment celles des États-Unis.

Sous la menace d’une invasion, le shogun est contraint d’ouvrir les ports japonais au commerce étranger, ce qui entraîne une pollution sociale et politique et une crise d’identité dans un pays qui est encore loin de la modernité du reste du monde.

La guerre de Boshin (1868-1869) annonce la fin du shogunat. Les forces de l’empereur Meiji et celles de tous les clans mis à l’écart trois siècles auparavant suite à la défaite de la bataille de Sekigahara triomphent de l’armée du shogun.

Après une série de revers cuisants sur le champ de bataille, le dernier shogun du Japon est contraint de démissionner en 1868, cédant la pleine souveraineté à l’empereur lui-même.

Les dernières poches de résistance du shogunat ont été écrasées l’année suivante, mettant ainsi fin au règne séculaire du bakufu.

Les actions de l’empereur Meiji ont marqué le début de la restauration Meiji, au cours de laquelle il s’est engagé à supprimer tous les vestiges de l’administration gouvernementale des shogunats japonais.

Tokugawa Ieyasu
Tokugawa Ieyasu

1 réflexion sur “L’Histoire des Shoguns du Japon”

  1. Ping : 4 Anciennes Capitales du Japon | Paradis Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Panier