Service à Thé Japonais

10 résultats affichés

 

Les Japonais ont une sérieuse habitude de la boisson, et ils l’utilisent pour apprécier leurs thés verts de haute qualité. Les pièces d’un service à thé japonais traditionnel, par exemple, ne sont pas uniformes en termes de taille, de forme ou de substance, car elles sont destinées à être une source de plaisir esthétique et tactile.

Bouilloires à thé

Les chazutsu, théières japonaises, sont souvent fabriquées dans des bois durs comme le cerisier et le hêtre (ou l’écorce). Ces bois ne sont pas seulement beaux, ils offrent également des qualités uniques qui les rendent idéaux pour le vieillissement du thé vert. Pour préserver la fraîcheur et la saveur du thé, un couvercle intérieur plat et hermétique est placé sous le couvercle extérieur.

Soucoupes et tasses

Les tasses de yunomi peuvent être cylindriques ou sphériques. Elles sont souvent blanches ou très claires à l’intérieur afin de faire briller le thé qu’elles contiennent. Les thés plus fins et délicats, comme le sencha et le gyokuro, sont traditionnellement servis dans des tasses plus petites, de la taille d’un bol à saké (entre 7 et 12 cl). Les bols japonais, plus épais et plus grands, sont utilisés pour les thés de grande taille comme le bancha, dont l’infusion nécessite une température plus élevée.

Les soucoupes sont considérées comme de véritables œuvres d’art dans la société japonaise traditionnelle. Qu’elles soient en porcelaine ou en bois précieux laqué, elles ajoutent à l’esthétique générale de la dégustation et contribuent à donner un ton détendu et agréable grâce à leur facture et leur palette de couleurs raffinées.

Quelques particularités

Le thé vert est traditionnellement mesuré à l’aide d’une cuillère spéciale appelée sami, fabriquée en bois de cerisier noble ou de pêcher, les variations de taille et de forme de la cuillère reflétant la variété du corps et de la densité du thé.

Enfin, les Japonais utilisent un bol à bec appelé yuzamashi pour refroidir l’eau, en maintenant la température entre 60 et 80°C, ce qui empêche le thé de haute qualité d’être brûlé.

Il existe une théière spécialement conçue pour chaque type de thé japonais

Le thé traditionnel japonais est souvent servi dans un kyusu, la théière la plus répandue du pays. Il s’agit d’un petit pot en argile, généralement muni d’une poignée sur le côté. L’argile améliore la saveur et les bienfaits du thé vert. En effet, les théières sont conçues de manière à ce que vous puissiez facilement verser le thé jusqu’à la dernière goutte. La théière hohin, dont le nom signifie « coffre-fort » ou « récipient magique », est issue de la même ascendance. Il s’agit d’une petite théière kyusu conçue pour l’infusion de thé vert de qualité supérieure, qui fait ressortir la douceur et l’onctuosité naturelles de la saveur.

La théière dobin, souvent fabriquée en porcelaine ou en argile, est le deuxième style de théière le plus populaire. Le bambou est couramment utilisé pour les poignées des théières car il peut résister à des températures élevées sans devenir trop chaud pour être tenu.

La théière tetsubin, un récipient en fonte qui servait autrefois de bouilloire dans les cuisines asiatiques mais qui est aujourd’hui un symbole de prestige, existe depuis longtemps. Les collectionneurs les adorent en raison de leurs tailles et de leurs formes uniques.

Ces théières, comme les tasses, se déclinent en une variété de formes qui changent en fonction du type de thé utilisé :

Avec leurs poignées latérales pratiques, les théières kyusu sont idéales pour infuser des thés délicats et de haute qualité comme le gyokuro et le sencha. Grâce à sa conception ovale, elle offre une surface suffisante pour un cycle d’infusion complet.

Généralement, une théière plus grande, comme un kyusu en porcelaine épaisse ou un tetsubin en fonte, est utilisée pour infuser des thés plus lourds, comme le bancha.

Au milieu des rituels …

Le service à thé traditionnel est parfois agrémenté d’autres objets lors de cérémonies, comme le Cha No Yu, une célébration du thé vert matcha.

Le bol à matcha – chawan – est nettement plus large et plus grand qu’un bol yunomi traditionnel, afin de pouvoir mélanger et faire mousser la poudre de matcha avec le petit fouet en bambou traditionnel, le chasen. Comme la porcelaine, qui transmet la chaleur, ne convient pas à l’infusion de ce thé, les versions en céramique sont plus courantes. Le bol de matcha est l’un des aspects les plus significatifs de la cérémonie japonaise du thé. Dans le meilleur des cas, il peut être très artistique. Les meilleurs bols, comme de nombreux autres objets traditionnels japonais, s’améliorent avec l’âge et l’usage.

Tous ces éléments, comme vous pouvez le constater, jouent un rôle essentiel dans les arts traditionnels japonais.

Découvrez un autre ustensile de cuisine du pays du soleil levant : la boite à bento.

Panier