kintsugi banniere

Kintsugi : Redonner Vie aux Objets Abimés

Les céramiques du Japon sont très reconnues dans le monde entier. Le kintsugi, une technique Japonaise de restauration des céramiques brisées, n’est pas simplement une œuvre d’art. Il vous permet également de comprendre en profondeur le style japonais wabi-sabi et d’apprécier la culture du pays du soleil levant.

Le Kintsugi est une technique japonaise établie de longue date pour restaurer les poteries brisées. Voici ce qui le rend unique : le kintsugi n’essaie pas de dissimuler les défauts apparents de la réparation, mais les met en valeur en utilisant des couleurs or ou argent dans la laque. Cela donne un tout nouveau degré de beauté et d’admiration pour l’objet original.

Kintsugi 1

1. Qu’est-ce que le kintsugi ?

On pense que le kintsugi est né avec Ashikaga Yoshimasa, un shogun du 15e siècle. Après avoir brisé par accident l’une de ses tasses à thé chinoises, il l’a envoyée en Chine pour la faire réparer, mais a été déçu par le résultat. Il a alors mis au défi les artistes japonais de créer une méthode plus acceptable d’un point de vue esthétique pour redonner à son bol bien-aimé sa gloire d’antan. Le Kintsugi en est le résultat.

Les céramiques cassées ou fêlées sont réparées au cours d’un processus en plusieurs étapes qui prend du temps. Pour ce faire, des couches de laque japonaise urushi sont appliquées, puis saupoudrées de couleurs or ou argent et polies.

Les pièces brisées sont réunies de manière souple et douce, se complétant les unes les autres pour former un nouvel ensemble qui, dans la plupart des cas, rivalise avec la beauté de l’original. Selon Muneaki Shimode, un maître kintsugi de Kyoto, l’aspect le plus significatif du kintsugi n’est pas l’apparence physique de l’objet. Ce qui compte, c’est le sentiment de beauté et de signification qu’éprouve le spectateur à travers l’objet.

Kintsugi 2

2. Wabi-sabi signifie « beauté dans l’imperfection »

Le kintsugi est connu pour son style wabi-sabi. Il s’agit de voir la beauté dans ce qui est éphémère, ancien ou défectueux. Un bol à thé cassé une fois est tout aussi important qu’un bol neuf. En fait, le bol acquiert un statut unique grâce à sa réparation méticuleuse, dont la valeur est difficile à estimer.

Kintsugi 3

3. Wabi-sabi, Kintsugi et durabilité

Dans un article paru dans un magazine en 1994, l’ingénieur Reiner Pilz décrit l' »upcycling » comme « la réponse européenne à l’idée japonaise du wabi-sabi ». Il a écrit sur la situation du recyclage en Allemagne à l’époque : « Le downcycling est mon terme pour le recyclage. […] Ce dont nous avons besoin, c’est de l’upcycling, qui consiste à ajouter de la valeur aux vieux objets plutôt que de les dévaloriser. »

Pour être sûr, l’upcycling est plus une question de durabilité de l’objet qu’une question d’esthétique. Cependant, la popularité des alternatives à la mise au rebut de biens cassés et anciens augmente en même temps que les réparations DIY et les tendances de la mode vintage.

En mai 2017, un blogueur de Meaningful Devices a organisé un atelier au FabCafe Tokyo, basé sur un article de thèse des designers d’interface Vasiliki Tsaknaki et Ylva Fernaeus qui abordait la conception wabi-sabi dans les interactions homme-machine. Le sujet de l’atelier : Le Kintsugi électronique, qui, par exemple, utilise le toucher humain pour faire briller une lumière ou émettre un son.

La session a démontré que les pratiques traditionnelles, telles que le Kintsugi, ne sont pas toujours des reliques d’une époque révolue. Reconnaître la valeur de ce qui est cassé et lui donner une nouvelle vie sont des caractéristiques qui semblent tout aussi essentielles aujourd’hui qu’elles l’étaient à l’époque.

1 réflexion sur “Kintsugi : Redonner Vie aux Objets Abimés”

  1. Ping : Wabi Sabi : la Beauté des Imperfections Naturelles | Paradis Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier