urushi banniere

Urushi : Tout Savoir sur cette Laque Japonaise

L’urushi, ou laque japonaise, a été perfectionné pendant plus de 7000 ans. C’est une substance transformatrice très prisée.

L’urushi est un style artistique unique qui s’est répandu dans tous les aspects de la société japonaise, de la cérémonie du thé à la sculpture abstraite moderne. Il est apprécié pour son adaptabilité sans fin.

Avant tout, il est essentiel de connaître certains des processus inventifs qui sous-tendent les produits esthétiques tels que la vaisselle en laque, les meubles et même les bijoux, pour pouvoir discuter de l’artisanat japonais.

Continuez à lire pour découvrir l’histoire de la laque japonaise et son potentiel infini !

bol a soupe miso peint avec de la laque japonaise
Bol à soupe miso, peint avec de la laque japonaise

1. Quelle est l’origine de la laque Japonaise ?

La laque décorée est une technique qui remonte à plus de 3 000 ans en Chine et qui s’est ensuite répandue dans toute l’Asie de l’Est et du Sud-Est. À partir du IXe siècle, l’essor du bouddhisme a entraîné la création d’un nombre important d’objets décorés en laque pour les temples et les classes supérieures.

La laque (sève brute) a été utilisée comme vernis au Japon pendant longtemps. Le maki, combinaison de la laque et de motifs ornementaux traditionnels japonais, est apparu beaucoup plus tard, et ses origines sont inconnues.

Au cours du huitième siècle, les peintres japonais ont développé leur style unique et ont affiné l’art de la laque décorée. L’artisanat de la laque au Japon a atteint son apogée au XIIe siècle, vers la fin de l’ère Heian (794-1185). Ce savoir-faire se transmettait de père en fils, et de maître en apprenti.

Certaines provinces japonaises étaient connues pour leurs contributions à cet art : au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle, la province d’Edo (futur Tokyo) a créé les plus magnifiques œuvres laquées. Les laqueurs étaient engagés à titre privé par les seigneurs et les shoguns pour créer des objets cérémoniels et magnifiques pour leurs maisons et palais.

2. La laque Japonaise en Europe

Les objets en laque japonais étaient également exportés et admirés par les cours européennes, notamment en France, où le terme français japonner (« to japan ») signifiait laquer ou vernir. La plupart des pièces importées du Japon et de la Chine via l’Inde étaient adaptées aux coutumes et aux goûts occidentaux.

L’art de la laque japonaise était l’un des articles les plus populaires exportés en Europe par les commerçants portugais de Nagasaki à partir du XVIe siècle.

Deux siècles plus tard, la reine Marie-Antoinette a constitué une remarquable collection de laques. En 1781, elle a fait aménager dans son cabinet doré de Versailles une « cage à laques » par l’ébéniste Jean-Henri Riesener pour abriter ses précieuses laques japonaises.

Bien que le marché de la laque n’ait jamais connu de déclin au Japon, un lent déclin des exportations a commencé à la fin du XVIIIe siècle et au cours du XIXe siècle en Europe. Les expositions universelles de 1889 et 1900 et la période de l’Art nouveau ont ravivé le goût et la demande du Japon pour les objets en laque, dont les motifs délicats étaient en parfaite harmonie avec le style végétal alors en vogue.

bol en bambou avec une couche de laque urushi
Bol en bambou, avec une couche de laque Urushi

3. Qu’est-ce que la laque Urushi ?

Le vernis utilisé dans la laque japonaise est fabriqué à partir de la sève de l’arbre urushi, également appelé arbre à laque ou arbre à vernis japonais (Rhus vernacifera), qui pousse principalement au Japon et en Chine, ainsi qu’en Asie du Sud-Est. La laque japonaise, 漆 urushi, est fabriquée à partir de la sève de l’arbre à laque. L’arbre doit être exploité avec précaution, car sous sa forme brute, le liquide est toxique au toucher. Et même respirer les vapeurs peut être dangereux. Mais les Japonais travaillent avec ce matériau depuis des millénaires, ce qui leur a permis d’affiner la technique !

S’écoulant des incisions pratiquées dans l’écorce, la sève, ou laque brute, est un jus visqueux de couleur gris-blanc. La récolte de la résine ne peut se faire qu’en très petites quantités.

Trois à cinq ans après sa récolte, la résine est traitée pour donner une laque extrêmement résistante, à la texture de miel. Après filtrage, homogénéisation et déshydratation, la sève devient transparente et peut être teintée en noir, rouge, jaune, vert ou brun.

Une fois appliquée sur un objet, la laque est séchée dans des conditions très précises : une température entre 25 et 30°C et un taux d’humidité entre 75 et 80%. Sa récolte et son traitement très technique font de l’urushi une matière première coûteuse, appliquée en couches successives d’une finesse exceptionnelle, sur des objets tels que des bols ou des boîtes.

Après avoir été chauffé et filtré, l’urushi peut être appliqué directement sur un support solide, généralement en bois. L’urushi pur sèche en un film transparent, tandis que les couleurs noires et rouges plus familières sont créées en ajoutant des minéraux au matériau. Chaque couche est laissée à sécher et polie avant que la couche suivante ne soit ajoutée. Ce processus peut prendre beaucoup de temps et nécessiter une main-d’œuvre importante, ce qui contribue à la désirabilité et au coût élevé des objets en laque fabriqués de manière traditionnelle. Si l’on considère les utilisations de la laque japonaise, l’exemple le plus classique est sans doute le bol en laque. L’urushi convient parfaitement à ce type d’articles, car il permet de fabriquer des objets de table légers, étanches et, bien sûr, magnifiques.

Les compétences et les techniques de la laque japonaise sont transmises de génération en génération depuis des siècles. Pendant quatre cents ans, les maîtres artisans de l’atelier de Zohiko à Kyoto ont fourni des articles en laque raffinés à la maison impériale et aux acheteurs avisés du monde entier. Aujourd’hui, vous pouvez acheter vous-même leurs articles dans leurs magasins de Kyoto ou de Tokyo.

Ce bol en laque est présenté pour la nouvelle année, la branche de pin à feuilles persistantes représentant la nouvelle croissance.

La superposition de différentes couleurs de laque offre de nombreuses possibilités de création. Le style connu sous le nom de Negoro, du nom du monastère bouddhiste où il a été développé, a été utilisé pour créer cette cruche à eau classique. Cette technique implique des couches successives de laque de différentes épaisseurs en deux couleurs. Avec l’usage et le temps, la riche couche rouge du dessus commence à s’user, exposant le noir profond du dessous.

urushi
Bol peint avec de l’Urushi

4. Qu’est-ce que le Maki-e ? L’art japonais du saupoudrage d’or

La procédure de maki-e (蒔絵) est utilisée pour créer certaines des meilleures pièces d’art ornemental en laque. Cette méthode vieille de 2 000 ans consiste à tamiser de fines particules d’or et d’argent dans la laque, à incruster de la nacre (raden) ou de l’étain, puis à pulvériser des paillettes d’or, d’argent ou de cuivre sur la laque encore humide. D’autres couches de laque transparente polie sont appliquées pour fixer les motifs.

Afin de tracer des lignes incroyablement fines, la poussière d’or est appliquée à l’aide de tubes de bambou et de petits pinceaux fabriqués à partir de poils de rat. Il ne reste aujourd’hui que quelques maîtres de l’urushi, bien que cette technique vieille de 1500 ans exige une compétence extraordinaire.

Les thèmes de la nature (faune, flore, décors naturels, saisons, étoiles) fascinent les artisans laqueurs japonais, mais leur capacité à les amplifier d’une manière lyrique, pure et merveilleusement polie est inégalée. Chaque plante, montagne, animal et étoile a une histoire à raconter.

Les feuilles dorées de cette boîte à thé illustrent parfaitement cette technique. Pour atteindre ce niveau de gradation et d’ombrage, il faut des talents aiguisés et beaucoup d’expertise. Kazumi Murose, un maître artisan, possède les deux. Murose s’est engagé à promouvoir et à pratiquer les anciens métiers de la laque, et il est désormais considéré comme un trésor national vivant au Japon. La galerie Onishi propose à la vente cet objet immaculé.

vase repare avec de la poudre dor et de la laque urushi
Vase réparé avec de la poudre d’or et de la laque Urushi

5. Boîtes en laque décorées : Incrustation et Inro

Avant l’introduction des vêtements occidentaux au XIXe siècle, le Japon devait faire face à un manque cruel de poches ! L’inro, un étui à plusieurs couches qui s’accroche à la ceinture, était la solution. Alors que la législation de la période Edo exigeait que les vêtements restent simples, l’inro échappait à cette règle. En conséquence, il s’agit souvent de pièces très belles, utilisant l’urushi comme matériau approprié, léger et résistant à l’eau.

6. Motifs traditionnels de la laque Maki-e

Le prunier, avec l’orchidée, le bambou et le chrysanthème, était considéré comme l’une des quatre plantes nobles par les Chinois de l’Antiquité, chacune d’entre elles possédant une caractéristique précieuse telle que la pureté (orchidée), la droiture (bambou) et l’humilité (chrysanthème). Les artefacts laqués présentent souvent de tels motifs.

Les quatre nobles, également connus sous le nom de quatre gentilshommes, sont utilisés dans la peinture chinoise depuis la dynastie Song (960-1279). Ils ont ensuite été adoptés en Asie de l’Est par les peintres de Corée, du Japon et du Vietnam en raison de leur beauté raffinée.

Les Quatre Nobles sont utilisés pour illustrer le déroulement des saisons tout au long de l’année car ils représentent les quatre saisons différentes (la fleur de prunier pour l’hiver, l’orchidée pour le printemps, le bambou pour l’été et le chrysanthème pour l’automne).

Selon la philosophie ancienne des sciences naturelles japonaises, les cinq éléments fondamentaux de l’univers sont représentés par cinq créatures légendaires : le dragon à la corne bleue, le phénix, le qilin au clair de lune, le tigre accroupi et le genbu (hybride de serpent et de tortue), qui évoquent respectivement le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau.

Ces cinq dieux, gardiens du Japon, étaient des dieux dans la Chine ancienne. L’ancienne cosmologie ésotérique japonaise, mélange de sciences naturelles et d’occultisme, a fini par les accepter. L’étude de l’origine et de la nature du monde a été introduite au Japon au début du sixième siècle, sur la base des philosophies chinoises du Wu Xing (cinq éléments) et du Yin et du Yang.

7. Design moderne : meubles en laque

La laque peut être utilisée et décorée d’un nombre infini de façons. Yoko Zeltersman-Miyaji, originaire de Kyoto, utilise cette polyvalence pour construire ses meubles uniques en leur genre.

Elle crée les formes elle-même, en utilisant des procédés de travail du bois conventionnels sans clous, avant d’utiliser sa maîtrise de l’urushi pour les touches finales.

Ce meuble en acajou présente des incrustations de coquille d’œuf et de nacre. La finition exquise est obtenue par le procédé kawari nuri, qui consiste à superposer méticuleusement des couches de laque texturée avant de polir pour obtenir une surface parfaitement lisse.

8. Avant-Garde Urushi : sculpture en laque

L’artiste Chie Aoki a trouvé une utilisation plus inhabituelle de l’urushi : créer des sculptures en laque qui expriment des sentiments sur l’existence humaine auxquels je suis sûr que nous pouvons tous nous identifier parfois !

La technique consiste d’abord à découper les jambes et les pieds de ses sculptures dans un gros bloc de polystyrène, qu’elle modèle elle-même. Ensuite, la tâche fastidieuse de l’enduction de l’épaisse laque noire commence. La fabrication de petits bols en laque peut prendre des semaines, alors imaginez le temps et le travail nécessaires pour une pièce de cette taille. La majeure partie du travail de laque, selon Aoki, consiste à polir !

9. Artisanat contemporain : bijoux en laque Japonais

Mariko Kobayakawa est l’une des nombreuses artistes qui ont été inspirées par le potentiel créatif du maki-e.

Mariko Kobayakawa est experte dans divers métiers de Kanazawa, dont le maki-e, qu’elle utilise pour embellir cet article de belle facture. Vous pouvez regarder ce magnifique collier pendant des heures car il ressemble à une constellation de planètes. Si vous êtes à Kanazawa, rendez-vous au magasin Higashiyama Edge pour voir son travail.

Cette œuvre du XVIIIe siècle du Museum of Fine Arts de Boston a été réalisée à l’aide d’un mélange de matériaux, notamment de l’or, de l’argent, des coquillages, de la corne et des pierres, pour créer un motif aquatique. Les incrustations ont été soigneusement posées sur de l’urushi noir humide avant d’être recouvertes de couches supplémentaires de laque transparente.

1 réflexion sur “Urushi : Tout Savoir sur cette Laque Japonaise”

  1. Ping : Kintsugi : Redonner Vie aux Objets Abimés | Paradis Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier