Ninja : le Shinobi entre Histoire et Légende

La popularisation des combattants de l’Antiquité au XXe siècle, aidée par le cinéma et la littérature, a donné naissance à des personnages mythiques, souvent entourés de mystère, dotés de compétences jamais possédées ou relégués à des fonctions jamais assumées.

Le shinobi, également connu sous le nom de ninja, est l’un de ces personnages. Espions de combat dotés de pouvoirs surnaturels et équipés d’armes non traditionnelles, les ninjas se prêtent particulièrement bien au cinéma. Nous les avons vus dans une grande variété de rôles, notamment dans d’innombrables films d’action et dans des rôles qui n’ont rien à voir avec l’espionnage japonais de l’époque médiévale. Alors, qu’est-ce qui se passe avec les ninjas ?

shinobi 3

1. Ninja : un terme sous-utilisé

Le terme « ninja » n’a pas été beaucoup utilisé dans le passé. « Shinobi », version abrégée de « shinobi-no-mono », est utilisé dans la littérature japonaise depuis le VIIIe siècle (par exemple, dans le chef-d’œuvre lyrique Man’yoshu) et signifie « enlever ; cacher ».

Shinobi est un terme utilisé pour décrire les espions masculins ; kunoichi était plus typiquement utilisé pour décrire les espionnes. Cette différence n’a cependant pas été faite très tôt dans l’histoire des espions japonais : les shinobi n’ont pas été formellement divisés en clans avant le quatorzième siècle, et tout espion peut être considéré comme un shinobi.

Monomi (« celui qui voit »), nokizaru (« macaque sur le toit »), rappa (« bandit ») et Iga-mono sont quelques-uns des autres mots utilisés pour identifier les espions (« homme d’Iga », une région historiquement associée aux shinobi).

Les expressions « suppa », « ukami » ou « dakkou » étaient couramment utilisées à Kyoto, tandis que « kurohabaki » était couramment utilisé dans la préfecture de Miyagi, et « nokizaru », « kanshi » et « kikimonoyaku » à Niigata.

2. Sources historiques et shinobi

Bien qu’il existe de nombreux récits concernant les débuts des shinobi japonais, il y a peu de sources historiques dignes de ce titre et capables de documenter leurs origines et leurs actions.

L’absence de documents historiques semble être due à la fois au secret de leur vie et au manque d’intérêt qu’ils suscitaient dans les cours de l’époque, qui étaient plus intéressées par les actions héroïques des samouraïs que par la duplicité et la mesquinerie des espions.

L’aversion pour l’espionnage a des racines anciennes : l’histoire de Koharumaru, chargé d’espionner Taira no Masakado alors qu’il était déguisé en livreur de charbon au XIe siècle, illustre la haine de la société japonaise de l’époque pour les espions.

Dans le même temps, les actions des shinobi étaient considérées comme nécessaires pour recueillir des informations ou effectuer des sabotages : la chronique Taiheiki (XIVe siècle) relate l’histoire d’un shinobi très habile qui a réussi à mettre le feu à une forteresse entière.

Les shinobi étaient tout simplement des soldats et des samouraïs à qui l’on confiait des opérations d’espionnage dans les cas mentionnés ci-dessus. Le nom de shinobi désigne clairement des organisations d’espions secrets visant à saper et à pénétrer derrière les lignes ennemies à cette époque, et les premières mentions historiques réelles de personnes entièrement vouées à l’espionnage remontent au XVIe siècle.

shinobi 2

À partir du XVe siècle, les ninjas sont utilisés comme espions, brigands, saboteurs, agitateurs et terroristes ; ils sont capables d’accomplir des actes indignes d’un samouraï (bien que les samouraïs ne manquent jamais une occasion d’accomplir des actes indignes et anoblissants) pendant l’ère Sengoku, lorsque de nombreux potentats locaux sont engagés dans des fiefs avec les fiefs voisins.

Tout ce que nous savons des techniques et de l’entraînement des ninjas provient de manuels et de parchemins écrits il y a moins de quatre siècles. Plusieurs textes de ninjutsu ont été créés par les descendants de Hattori Hanzo et le clan Fujibayashi, qui était lié au clan Hattori, à partir du XVIIe siècle : le Ninpiden (1655), le Bansenshukai (1675) et le Shoninki (1681).

Les écoles actuelles de ninjutsu se sont toutes formées à partir des années 1970 de 1900 : bien que fondées sur les méthodes de certains textes historiques, la validité des écoles modernes est discutable en raison du manque d’informations précises sur l’ascendance des maîtres de ninjutsu.

3. Koga et Iga

Les shinobis commencèrent à former des guildes composées de différentes familles de shinobis et développèrent un système de degrés, le jonin étant le ninja le plus haut gradé, suivi du chunin et du genin. Malgré son faible rang, le genin était chargé de tâches importantes telles que l’acquisition d’informations sensibles, le sabotage et l’infiltration.

Pendant cette période, les provinces d’Iga et de Koga commencent à se distinguer en tant que producteurs de shinobi professionnels. Les villages d’Iga et de Koga, isolés dans des montagnes lointaines et inaccessibles, capables de garder les secrets les plus sensibles des ninjas, formaient des hommes en particulier pour les activités d’espionnage.

Entre 1485 et 1581, les daimyo japonais utilisèrent à plusieurs reprises les shinobi d’Iga et de Koga pour recueillir des informations et saboter l’ennemi, jusqu’à ce qu’Oda Nobunaga décide de raser les villages de la province d’Iga, obligeant les survivants à se réfugier dans les montagnes Kii ou à s’en remettre à Tokugawa Ieyasu (comme le fit Hattori Hanzo, qui devint l’un des gardes du shogun).

Les Iga devinrent les gardes du shogun à Edo lorsque le Tokugawa prit ses fonctions, tandis que les Koga devinrent une force de police. Cependant, les shinobi continuèrent à se livrer à des activités d’espionnage et d’infiltration : en 1614, Miura Yoemon s’assura l’aide de dix shinobi pour pénétrer dans le château d’Osaka et créer l’inimitié parmi les rivaux des Tokugawa.

Les daimyo ont commencé à former leurs propres shinobi lorsque les clans Iga et Koga sont tombés en disgrâce ; une loi adoptée en 1649 stipule que seuls les daimyo gagnant plus de 10 000 koku peuvent posséder et former des ninjas.

shinobi 1

4. Les fonctions du Ninja

De nombreux shinobis étaient soit des samouraïs, soit des soldats de l’armée, malgré leur propension à accomplir des tâches contraires au décorum des samouraïs, comme l’espionnage, le sabotage et l’assassinat (comme l’ashigaru). Il s’agissait de guerriers spécialisés dans les missions secrètes et l’espionnage, et non de forces « anti-samouraï » comme on les dépeint généralement.

Ils participaient fréquemment à des conflits armés et étaient utilisés par le pouvoir du shogunat pour mener des activités extrêmement périlleuses. En dehors des villages des régions d’Iga et de Koga, les shinobi étaient souvent des guerriers spécialement entraînés et dotés de compétences en matière d’espionnage, qui participaient également aux sièges et aux batailles militaires.

La mission principale du shinobi était de recueillir des informations par tous les moyens possibles. Le sabotage (généralement effectué en mettant le feu aux ressources stratégiques de l’ennemi) était une tâche secondaire mais tout aussi essentielle.

Une attaque incendiaire menée par les shinobi Iga est décrite dans la chronique de l’abbé Eishun datant du XVIe siècle :

Les Iga sont entrés en secret dans le château de Kasagi ce matin, le sixième jour du onzième mois de la neuvième année de Tenbun, et ont mis le feu à plusieurs des chambres des prêtres. Ils ont également mis le feu aux structures de San-no. maru’s L’Ichi-no-maru et le Ni-no-Maru ont été capturés.

Il est difficile d’attribuer le meurtre de personnes notables aux shinobi d’une manière historiquement correcte car de telles opérations laissent rarement des preuves claires. Certains meurtres ont été attribués aux ninjas après coup, malgré l’absence de preuves les reliant au crime.

Nous savons cependant qu’Oda Nobunaga a été la cible de multiples tentatives d’assassinat par des shinobis, dont une par un tireur d’élite Koga en 1571 (Sugitani Zenjubo) et une autre en 1573 (Manabe Rokuro). Au lieu de cela, Nobunaga envoya le shinobi Hachisuka Tenzo pour assassiner le daimyo Takeda Shingen.

Shinobi

5. Le ninjutsu, ou art de l’espionnage

À l’époque contemporaine, l’expression ninjutsu fait référence au large éventail de capacités qu’un shinobi doit acquérir afin d’affronter n’importe quel défi.

Les shinobi s’entraînent dès leur plus jeune âge, apprenant les méthodes de survie et de surveillance, l’utilisation de poisons et d’explosifs, ainsi que des talents physiques tels que l’escalade, la course de fond et la natation.

Nous savons également que certains ninja, comme le shinobi Iga mentionné dans un récit historique sur Ii Naomasa, possédaient une expertise médicale précieuse dans la guerre, et qu’ils suivaient un régime végétarien en préparation d’une mission pour réduire leur odeur corporelle.

Afin de pénétrer l’ennemi sous un déguisement, les Shinobi devaient également connaître divers métiers. Ils se faisaient passer pour des prêtres, des moines, des mendiants, des marchands, des ronin et des amuseurs. Se déguiser en sarugaku (ménestrels) leur permettait de s’infiltrer dans les bâtiments ennemis, tandis que la tenue des moines komuso leur permettait de cacher entièrement leur visage avec la traditionnelle coiffe à panier.

Les tactiques d’espionnage, d’infiltration et de « furtivité » étaient grossièrement divisées en quatre catégories : Les techniques du feu (katon-no-jutsu), les techniques de l’eau (suiton-no-jutsu), les techniques du bois (mokuton-no-jutsu) et les techniques de la terre (doton-no-jutsu).

Nous pouvons apprendre certaines des méthodes d’espionnage grâce à plusieurs manuels et parchemins conservés pendant des décennies par les clans shinobi :

Hitsuke : attirer les gardes loin du lieu d’infiltration du shinobi en allumant des feux ;

Tanuki-gakure : grimper aux arbres et se dissimuler dans la végétation. Il est classé dans les « méthodes en bois ».

Ukigusa-gakure : dissimuler des actions submergées avec des plantes aquatiques ;

Uzura-gakure : former une boule et rester immobile afin de ressembler à un rocher.

Shinobi

6. Contes ninjas et légendes urbaines

A. Costumes noirs

Porter un costume noir voyant pour recueillir des informations n’est pas pratique, car il se distingue parmi une foule de personnes vêtues de vêtements traditionnels ou paysans. Les shinobis, comme nous l’avons dit précédemment, préféraient se fondre dans le tissu social en s’habillant comme des personnages normaux « discrets ».

B. Les vêtements de couleur bleue

Le mythe des vêtements noirs des ninjas a été « corrigé » : ils étaient bleus, la couleur parfaite pour se dissimuler la nuit. L’utilisation de la couleur bleue est mentionnée dans l’un des guides du XVIIe siècle, bien qu’elle soit simplement conseillée car il s’agissait d’une teinte populaire à l’époque et bénéfique pour ne pas se faire remarquer.

C. Les épées droites

Les épées à tranchant droit sont utilisées par les ninjas dans divers films. Rien n’indique que les shinobis utilisaient ce style d’épée, qui nécessitait un niveau d’artisanat différent de celui des lames de combat que les forgerons japonais fabriquent souvent.

Ces épées à bords droits (ninjato) sont apparues pour la première fois en 1956 dans le livre « Ninjutsu » de Heishichiro Okuse, et la forme des « épées de ninja » a été popularisée par le Musée Ninja Igaryu en 1964.

D. Combat et Ninjutsu

Les méthodes de combat ne sont répertoriées dans aucun des trois textes historiques du ninjutsu (Ninpiden, Bansenshukai et Shoninki). Le Bansenshukai conseille simplement à un shinobi de s’entraîner au combat à l’épée, mais ne donne pas de détails sur la façon de combattre.

Cela ne veut pas dire que les ninjas n’étaient pas des guerriers ; après tout, ils venaient de familles de combattants. On supposait qu’ils connaissaient les bases du combat : le ninjutsu était un ensemble de tactiques de survie, d’espionnage et de sabotage, et non un art martial.

1 réflexion sur “Ninja : le Shinobi entre Histoire et Légende”

  1. Ping : Hachimaki : les Incroyables Bandeaux Japonais | Paradis Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier