dharma banniere

Dharma : la Voie de l’Illumination

QU’EST-CE QUE LE DHARMA : CE QU’IL SIGNIFIE, D’OÙ IL VIENT ET CE QU’IL ENSEIGNE

Le Dharma, avec le karma, est une idée spirituelle très importante dans la culture bouddhiste et hindoue : il reflète une règle globale qui régit notre vie. Vivre son Dharma, c’est agir en accord avec cette loi : dans le bouddhisme, par exemple, on croit que suivre la voie du Dharma mène à l’illumination. Dans cet essai, nous allons découvrir la véritable signification de ce concept, ses racines et sa fonction dans nos vies.

1. Qu’est-ce que le Dharma implique ?

Dharma est un mot sanskrit qui a été traduit à travers les âges par une variété de significations, notamment « loi » (cosmique, divine, etc.), « devoir » et « déroulement correct des choses » ; il peut également être traduit par « religion », mais il s’agit d’une traduction très superficielle. La racine « dh » signifie « vérité », « base » et « droit », mais dans sa forme la plus ancienne, « dharmn », elle apparaît fréquemment à côté du mot « ta », ou l’ordre cosmique auquel tout se rapporte.

Dharma était utilisé uniquement dans les premiers Vedas et dans l’hindouisme ancien pour désigner la loi cosmique qui a créé le cosmos et géré le chaos. Plus tard, l’expression a été étendue pour inclure les comportements humains et les modes de vie qui empêchent la société, la famille et l’environnement de succomber au chaos. Les principes d’obligation, de droits, de religion et d’action éthiquement appropriée sont tous inclus.

Dharma

2. Les débuts du Dharma

Dans la tradition védique,

Le plus grand dharma est celui énoncé dans le Veda ; la tradition sacrée vient en second lieu ; et enfin, le dharma pratiqué par les hommes respectables vient en troisième lieu. Les trois dharmas éternels sont énumérés ci-dessous.

Le Mahabharata

La plus ancienne notion de dharma se trouve dans la civilisation védique.

L’univers (dans cet exemple, monde = Dharma) est soutenu par l’ordre cosmique (le mot « Rta » dans dharmn). Le monde combat le désordre avec l’aide et le soutien des dieux et des mortels qui les vénèrent afin de le maintenir. Par conséquent, le dharma est également lié aux traductions de « vérité » et de « droit », car il représente la loi en opposition au chaos ; la principale distinction entre le dharma et le ta est que ce dernier est objectif, tandis que le dharma peut être subjectif à ce qui préserve l’ordre.

Enfin, le Mahbhrata, un ancien poème épique indien, fait allusion à ces trois nuances du Dharma :

  • L’être ultime qui maintient l’ordre dans le cosmos ;
  • La tradition sacrée pratiquée par les dieux (communément appelée « Dharma » car elle a une signification divine) ;
  • Celle suivie par les personnes intègres qui assistent les dieux en accomplissant les cérémonies védiques afin de maintenir le Dharma en ordre et d’éviter l’anarchie.
Dharma

3. Dans l’Hindouisme

La Gita [écriture sacrée hindoue] ne soutient pas la guerre dans l’hindouisme ; elle préconise plutôt une défense active et dévouée du Dharma. Ses enseignements, s’ils sont fidèlement mis en œuvre, peuvent avoir modifié le cours de l’histoire. Il a le potentiel de modifier le chemin de l’histoire indienne.

Sri Aurobindo

Dharma équivaut à tous ces bons comportements qui permettent au cosmos de rester en ordre, tout comme dans la notion védique, qui est l’une des nombreuses civilisations dont dérive l’hindouisme actuel. Jusqu’à ce que la notion de Dharma s’adresse à celle de « Devoir » pour préserver l’ordre, cet ordre se reflétait dans l’individu et son Karma (ou un ensemble de règles à suivre à la fois envers l’univers, à la fois envers le monde social qui comprenait les règles de la caste d’appartenance et l’époque dans laquelle il vivait).

Les hindous attribuent également plusieurs sortes de Dharma à chaque individu : chaque personne doit suivre son Dharma personnel, qui diffère selon l’âge, la profession, le statut social et le sexe de la personne.

Il n’était pas rare que ces deux mondes s’affrontent : des préceptes tels que « ne pas tuer », « ne pas perpétrer de violence » et « ne pas mener d’actions impures » se retrouvent dans le Dharma du cosmos, mais dans les conflits entre castes hindoues, il n’y avait souvent guère d’autre alternative que de transgresser ces dogmes.

Comment établir un équilibre du Dharma si les règles d’une réalité contredisent celles de l’autre ?

Pour des raisons de force majeure, le dharma pourrait déjà être « suspendu » dans certaines circonstances de grande urgence, comme les catastrophes naturelles, dont le continent asiatique n’est pas exempt. Sur la base de cet exemple, lorsque deux lois du Dharma sont en conflit (et que les écritures saintes n’offrent pas de réponse claire à la difficulté), il faut recourir à quelqu’un de « correct », ou qui agira toujours en parfaite concordance avec les normes védiques (là encore, toujours sur la base des textes).

Le commentaire du début du paragraphe de Sri Aurobindo, un éminent philosophe indien mort au milieu du siècle dernier, est un excellent exemple de ce concept : pour défendre le Dharma, il faut parfois choisir son camp. Sri Aurobindo l’a fait en s’opposant aux activités de l’Axe pendant la Seconde Guerre mondiale ou, des années plus tôt, en prônant toute forme de non-coopération avec les Britanniques, qui contrôlaient encore la colonie à l’époque.

dharma

4. Dans le Bouddhisme

Les sages qui ont écouté la vérité du Dharma deviennent aussi tranquilles qu’un lac profond, calme et translucide.

Bouddha Gautama

Le Dharma a une connotation complètement différente dans le bouddhisme que dans les autres religions. Ou, pour le dire autrement, il a plusieurs significations.

Tout d’abord, le Dharma est le deuxième des trois joyaux du Bouddha, ce qui en fait un aspect immensément essentiel de cette religion : il englobe tous les enseignements du Bouddha, depuis le début de la souffrance jusqu’à la voie de l’illumination.

Le Dharma désigne également l’étude de toutes les choses que l’on peut contempler : les objets, les événements, les règles, les croyances, les actions et tout ce qui peut être remarqué fait partie du Dharma et constitue donc un enseignement à transmettre.

La « roue du dharma », ou Dharmachakra, est un symbole bouddhiste du dharma ; elle reflète le Noble sentier bouddhiste octuple et englobe les principes suivants :

  • Vision correcte
  • Phrase correcte
  • La meilleure intention
  • Action appropriée
  • Persistance appropriée
  • Effort approprié
  • Maintenir une concentration appropriée
  • Présence mentale au bon endroit

Chacune de ces voies, ainsi que les quatre nobles vérités, indiquent le comportement approprié pour atteindre l’illumination et font partie des enseignements du Bouddha Gautama. Il a décidé qu’il n’était pas bon de garder pour lui seul les connaissances qu’il avait reçues afin d’atteindre l’illumination. Il a donc entrepris de les distribuer et de les transformer en enseignements qui constituent aujourd’hui le fondement de la foi bouddhiste.

La réalité du Dharma étant l’existence propre, la citation que j’ai donnée représente l’aboutissement idéal de cette philosophie : si vous savez écouter les enseignements du Dharma (c’est-à-dire la manière correcte de vivre et d’obtenir l’illumination), vous deviendrez calme, serein et profond comme un lac.

Bouddha fait un sermon Dharma devant une foule de moines

5. 10 Suggestions pour trouver votre Dharma

  • 1. Soyez conscient des synchronicités. Si vous y prêtez attention, la vie vous mènera dans la bonne direction. Prenez note des objets, des événements et des personnes qui surgissent sans cesse dans votre vie. Si quelqu’un ou quelque chose apparaît à plusieurs reprises, il est probable que cette personne ou cette chose soit liée à votre dharma.
  • 2. Restez fidèle à votre objectif. Nos missions personnelles sont les « appels » que nous entendons au fond de nous et qui dirigent nos actions. Elles n’ont pas toujours de sens pour les autres et sont motivées par l’instinct plutôt que par la logique. Ces éclairs de lucidité sont essentiellement un échauffement pour votre dharma unique.
  • 3. Acquérir la capacité de reconnaître quand il est temps de passer à autre chose. Il est probablement temps de changer de direction dans votre vie et de dire adieu aux vieilles routines si vous sentez que c’est le moment de le faire. Bien que votre intellect puisse résister à cette décision, votre âme a toutes les réponses.
  • 4. Reconnaissez que votre voyage ne sera pas simple. Il est possible que la route vers votre propre dharma ressemble à une spirale. Vous vous retrouvez à devoir aller plus loin dans une partie de votre vie au moment même où vous pensez être arrivé. Le chemin ne sera pas toujours droit, mais des difficultés seront rencontrées le long de la route.
  • 5. Familiarisez-vous avec le domaine de l’illogisme. Il est crucial de comprendre que votre dharma n’est pas toujours basé sur la logique. Si vous essayez de le maîtriser avec votre esprit, vous obtiendrez presque certainement le résultat inverse, votre dharma s’éloignant de vous.
  • 6. Intégrez une pratique spirituelle dans votre routine quotidienne. Il est essentiel de se connecter à une source d’énergie spirituelle, qu’il s’agisse de yoga, de méditation, de peinture ou de promenade en forêt, car c’est dans votre for intérieur que vous découvrirez la connaissance de votre dharma, et c’est dans ces pratiques que vous trouverez le soutien nécessaire pour vous y engager.
  • 7. Prêtez attention aux personnes que vous admirez. Les personnes que vous respectez sont susceptibles de symboliser les meilleures qualités de votre personnalité que vous n’avez pas encore réalisées. Ces caractéristiques pourraient révéler des informations sur votre dharma personnel.
  • 8. Prenez-le au sérieux, mais n’y pensez pas trop. Vous risquez de ne pas voir votre dharma si vous prenez la recherche de celui-ci trop au sérieux. Considérez cela comme un voyage passionnant.
  • 9. Ayez le courage d’aller là où personne n’est allé auparavant. Si vous voulez sérieusement trouver votre dharma, vous devrez développer un degré de confiance plus profond, ce qui signifie souvent sortir de votre zone de confort et plonger dans l’inconnu. Assurez-vous d’être prêt à tout.
  • 10. Allez-y doucement. Il est impossible de « capturer » votre dharma. Vous devrez faire des pas de bébé, faire des allers-retours et faire des pauses de temps en temps. La patience est une compétence indispensable.

6. Conclusion

Nous avons vu comment une même expression, comme le karma, prend des significations diverses selon le mouvement philosophique ou théologique qui l’a adoptée, bien qu’elles aient toutes la même origine. Peu importe les changements de sens, un principe sous-jacent, que l’on pourrait appeler Dharma, reste le même : vivre en harmonie avec le cosmos.

Même les enseignements du Bouddha, qui s’éloignent de la notion d’origine, ont le même objectif : vivre une vie morale, non violente et « juste ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier