art martiaux japonais banniere

Art Martiaux Japonais : TOP 8

Les arts martiaux japonais sont pratiqués et admirés dans le monde entier. Ils ont une longue histoire qui remonte aux samouraïs et englobent diverses disciplines, dont le kendo et le karaté d’Okinawa. Dans cet article, nous nous penchons sur huit des arts martiaux japonais les plus connus. Cet article vous donnera un aperçu de l’un des aspects les plus fascinants du Japon, que vous pratiquiez les arts martiaux japonais ou que vous souhaitiez simplement en savoir plus.

1. Origines des arts martiaux japonais

Le rôle des samouraïs, ou classe guerrière, dans la société japonaise médiévale remonte aux origines des arts martiaux au Japon. Les samouraïs constituaient un niveau d’élite de la hiérarchie japonaise et étaient hautement qualifiés en matière de guerre. Leurs biens les plus précieux étaient leurs épées « katana » (épées japonaises) exceptionnellement tranchantes. En revanche, les samouraïs ne se contentaient pas de recevoir un sabre et de savoir s’en servir ; ils devaient suivre un entraînement intensif pour le manier correctement.

art martiaux japonais 1

Le « Bushido », ou « voie du guerrier », était le concept suivi par ces samouraïs. Ils étaient capables de se discipliner de diverses manières en incorporant les valeurs du bushido (vie frugale, honnêteté, honneur et compétences en arts martiaux) dans leur entraînement et leur vie quotidienne. Bien que la classe des samouraïs ait été dissoute pendant la période Meiji (1868-1912), le respect du code moral a persisté et de nombreuses personnes pratiquent encore les arts martiaux pour entraîner leur corps et leur esprit.

L’enseignement des arts martiaux commence par un entraînement au combat. Au cours de la pratique, on utilise des armes accessoires pour s’assurer de ne pas se blesser, et on pratique le combat au corps à corps pour apprendre à se battre sans armes et à utiliser le propre corps de l’adversaire contre lui.

Le suffixe « do », qui apparaît à la fin de « bushido« , est un suffixe japonais fréquent qui se traduit littéralement par « voie » ou « chemin ». Il signifie qu’une discipline mentale et physique est nécessaire pour étudier l’activité, c’est pourquoi il apparaît comme suffixe à la fin des titres de nombreux arts martiaux. « Do » peut également désigner la « méthode » selon laquelle un art martial doit être pratiqué, comme le judo (la voie douce) et l’aïkido (la voie gracieuse) (la voie de l’esprit harmonieux). Les pratiques avaient lieu dans différents « dojo », qui signifie littéralement « salle de la voie » et est encore utilisé pour désigner la plupart des lieux de pratique des arts martiaux aujourd’hui.

Les expressions budo (voie martiale) et bujutsu (art martial) sont parfois utilisées de manière interchangeable pour décrire les arts martiaux japonais modernes (technique martiale). Elles diffèrent légèrement dans la mesure où le bujutsu se concentre sur la manière de battre l’ennemi, tandis que le budo est ancré dans la philosophie du développement personnel.

art martiaux japonais 3

2. Quels sont les différents types d’arts martiaux japonais ?

Il existe plus de 180 arts martiaux dans le monde aujourd’hui. Nombre d’entre eux trouvent leur origine dans des pays asiatiques tels que la Corée, la Chine et le Japon, même si les styles varient. De même, de nombreux arts martiaux n’ont pas une seule méthode ou un seul style d’enseignement, mais sont plutôt divisés en plusieurs écoles, chacune ayant ses qualités particulières. Au Japon, par exemple, il existe quatre formes principales de karaté. Les écoles modifient fréquemment leurs techniques d’enseignement en fonction de leurs idéologies.

En japonais, le terme « art martial » est désigné par « bugei » ou « budo ». Les pratiquants d’arts martiaux se désignent parfois par le terme « ka », un suffixe qui implique l’emploi ou la poursuite d’une personne lorsqu’il est placé après un nom. Un pratiquant de karaté est appelé « karaté-ka », et un pratiquant de judo est appelé « judo-ka ». Il faut des années de concentration et d’efforts pour maîtriser et progresser dans les rangs de nombreux arts martiaux.

Le nombre d’arts martiaux au Japon varie en fonction de la personne à qui l’on s’adresse, en raison des nombreuses écoles et des nombreux styles, et ils peuvent être divisés en fonction de l’utilisation ou non d’une arme. Chacun a ses propres caractéristiques et approches, et leur maîtrise devient de plus en plus difficile à mesure que l’on progresse. Lorsque les idées de chaque art martial sont mises en pratique, elles peuvent toutes devenir assez dangereuses. Nous explorons dans cet article les huit arts martiaux les plus connus au Japon.

art martiaux japonais 5

3. Styles d’arts martiaux japonais axés sur les techniques de corps à corps

L’utilisation d’armes n’est pas mise en avant dans certains des arts martiaux les plus connus. Ils peuvent utiliser des armes à l’entraînement à l’occasion, mais l’accent est mis sur les questions philosophiques et l’utilisation de techniques comme les clés, les coups de pied, les coups de poing et les projections pour vaincre les adversaires.

A. Le jujutsu (ju-jistsu) est un art martial japonais qui remonte à des milliers d’années

Le jujutsu est un art martial ancien qui se concentre sur le combat sans l’utilisation d’armes. Le mot « Ju » fait référence à la douceur, tandis que le mot « jutsu » fait référence à la technique. Plutôt que de s’appuyer exclusivement sur sa propre force, le jujutsu se concentre sur la manipulation de la force de l’adversaire.

Bien que le jujutsu ait une histoire longue et floue, il a été institutionnalisé et enregistré de manière à pouvoir être transmis pendant la période Edo (1603-1868). Lorsque les samouraïs étaient trop proches de leurs adversaires pour manier leurs épées, ils se tournaient vers le jujutsu pour obtenir de l’aide. Le jujutsu désigne une variété de techniques qui consistent toutes à utiliser le corps de l’adversaire contre lui et qui ont influencé le développement des arts martiaux modernes tels que le judo et l’aïkido.

B. Le judo est un descendant moderne et populaire du jujutsu

Jigoro Kanno, pionnier des arts martiaux japonais et de l’éducation, est connu comme le « Père du Judo ». En 1882, il a fondé l’art martial japonais du judo et a contribué à l’établissement du système de classement kyu et dan. Grâce à ses efforts, le judo est devenu le premier art martial japonais à être reconnu comme un sport olympique officiel en 1964. Kano a également contribué à l’inclusion du judo et du kendo dans le système scolaire public japonais.

Kano a été influencé par de nombreux types de jujutsu et les a combinés avec ses propres méthodes et son propre enseignement pour développer le « judo », qui signifie « voie douce ». Le judo a été fondé sur l’idée qu’en se concentrant sur les qualités spirituelles de l’art martial, on pouvait également améliorer sa forme physique.

Le judo est aujourd’hui répandu et pratiqué dans le monde entier. Il s’agit principalement de projections complètes et de soumissions. Les pratiquants ont pour instruction de se concentrer sur l’acquisition de mouvements qui leur permettent de plaquer leurs adversaires au sol sans se blesser. Au Japon, même les services de police utilisent cette compétence cruciale dans le cadre de leurs programmes d’entraînement.

judo japonais
Judo

C. L’art martial « doux » de l’aïkido

L’aïkido, qui se traduit grossièrement par « la méthode de l’esprit harmonieux », est un art martial très spirituel. Morihei Ueshiba, un maître de nombreuses sortes d’arts martiaux, l’a fondé dans les années 1920. Ueshiba avait l’intention de créer un nouvel art martial à la fois pacifique et efficace en combinant de nombreuses croyances et techniques de combat.

L’aïkido est centré sur l’utilisation de l’énergie de l’adversaire pour le faire tomber. L’accent n’est pas mis sur la destruction de l’adversaire, mais sur le fait d’être agréable et de parvenir à un équilibre et une harmonie mutuels, les projections et les blocages rapides étant prioritaires. Les pratiquants peuvent parcourir les formes sans se blesser ou blesser leurs adversaires s’ils participent correctement.

L’aïkido a un système de classement kyu et dan, similaire à celui du judo. À l’origine, seules deux couleurs de ceinture étaient disponibles : blanche (pour les grades kyu) et noire (pour les grades dan), mais d’autres couleurs ont été ajoutées depuis. Le nombre de ceintures et de rangs diffère selon l’établissement.

aikido
Aikido

D. Le karaté, art martial d’Okinawa mondialement connu

Le karaté est né dans le royaume de Ryukyu, qui est aujourd’hui la préfecture la plus méridionale du Japon. Au fil du temps, il s’est répandu dans tout le Japon et dans le reste du monde. Le mot « karaté » signifie littéralement « main vide », ce qui est un terme approprié pour une technique de combat qui évite l’utilisation d’armes.

Shito-ryu, Wado-ryu, Shotokan-ryu et Goto-ryu sont les quatre principaux styles pratiqués au Japon. Dans ce contexte, « Ryu » se traduit généralement par « style », et chacun de ces quatre styles diffère en termes de posture et de source de force de mouvement. Le karaté est aujourd’hui pratiqué par environ 100 millions de personnes dans le monde, dans différents styles, et sa popularité ne cesse de croître. Il fera ses débuts olympiques lors des Jeux d’été de 2020 à Tokyo, qui auront lieu en 2021.

Les frappes, les coups de poing et les coups de pied sont tous utilisés dans le karaté. Il ne s’agit pas seulement d’un sport physique, mais aussi d’un sport philosophique. Un karaté-ka est jugé non seulement sur ses actions, mais aussi sur la vitesse, l’équilibre et le rythme de ses mouvements, ainsi que sur la clarté de sa technique. Le karaté peut être un art martial dangereux lorsque l’esprit et le corps sont en parfaite harmonie.

Pour classer ses pratiquants, le karaté emprunte au judo le système des kyu et des dan. Le système de ceinture est intégré au système de classement, la blanche étant la moins avancée et la noire la plus avancée.

karate japonais
Karaté

E. Le sumo est un art martial traditionnel japonais

Le sumo est le plus ancien art de combat du Japon, dont on pense qu’il a vu le jour il y a environ 1 500 ans. On prétend qu’il s’agissait à l’origine d’une sorte de divertissement pour les dieux de l’ancien Japon qui priaient pour une bonne récolte. Les festivals de sumo comprennent désormais des danses et de la musique, et sont devenus une sorte de divertissement pour l’élite. Le sumo était enseigné comme une sorte d’entraînement au combat dans le Japon médiéval, et il était rarement utilisé pour le divertissement. Lorsque le Japon a connu une période de paix relative, le facteur divertissement est revenu, pour devenir le sport populaire que nous connaissons aujourd’hui et finalement le sport national du pays. Le rituel shinto qui consiste à saupoudrer du sel sur le ring pour le purifier avant que les lutteurs n’y entrent est l’une des plus anciennes pratiques encore en vigueur.

Le sumo est un type de lutte dans lequel les concurrents se battent et se giflent pour tenter de forcer leur adversaire à sortir du ring ou de l’assommer. Au Japon, les athlètes professionnels, appelés « rikishi », sont des célébrités. Ils doivent adhérer à un style de vie rigide, vivre et s’entraîner dans des « écuries » de sumo, et suivre un régime riche en protéines et en glucides qui comprend le chanko-nabe, un riche ragoût préparé avec du poisson, du porc et des légumes, traditionnellement associé aux lutteurs de sumo.

Le sumo professionnel n’est pratiqué qu’au Japon, bien qu’il n’exclue pas la possibilité que des étrangers deviennent lutteurs. La ligue compte un grand nombre de rikishi internationaux, des lutteurs venant de Mongolie, de Bulgarie et d’autres nations pour s’entraîner comme lutteurs de sumo au Japon. Les rikishi étrangers se sont également révélés très performants, certains d’entre eux atteignant le rang de « yokozuna », le plus haut rang du sumo.

Les femmes ne sont pas autorisées à monter sur le ring de sumo professionnel, mais il existe quelques petites organisations féminines de sumo qui pratiquent de manière récréative. Le sumo n’ayant pas de classification par poids, de nombreux lutteurs prennent du poids dans le cadre de leur préparation. Cependant, certains lutteurs de petite taille sont plus agiles et en profitent.

Le sumo a un système de classement compliqué avec plusieurs rangs. Les titres des lutteurs comprennent les mots « Est » et « Ouest », et Est désigne normalement un niveau plus élevé que Ouest. Un match de sumo peut être apprécié de diverses manières, alors si cela vous intéresse, allez en voir un !

combat de sumo
Combat de sumo

4. Styles d’arts martiaux japonais axés sur les armes

Les arts martiaux basés sur les armes sont nés de l’armement utilisé sur les champs de bataille au Japon pendant la période des samouraïs. Ils sont aujourd’hui pratiqués comme un sport, avec un accent mis sur l’utilisation d’armes spécialisées qui sont fréquemment adaptées pour répondre aux exigences d’entraînement des stagiaires.

A. Le kendo est l’art martial du sabre des samouraïs

Le kendo trouve son origine dans les épées utilisées par les samouraïs dans le passé, d’où le terme « kendo », qui signifie « la méthode de l’épée ». Les kendo-ka portent des équipements de protection et des casques pour éviter de se blesser lorsqu’ils pratiquent cet art martial, qui met l’accent sur l’utilisation d’épées en bambou appelées « shinai ». Pour marquer des points, les athlètes doivent attaquer l’une des régions gardées (tête, gorge, poitrine ou poignets), ce qui rend cet art martial très rapide et divertissant.

Le kendo est une activité non seulement physique mais aussi mentale. Les pratiquants doivent être équilibrés physiquement et psychologiquement, et lorsqu’ils frappent, ils doivent crier « kiai » pour démontrer leur équilibre spirituel. Au kendo, plusieurs lois entourent la philosophie spirituelle et l’équilibre, notamment que les deux mains doivent être sur le sabre lors de la frappe, que les pieds doivent être en équilibre (on ne peut pas tomber ou être déséquilibré), et que le kiai doit être correctement entendu. Si ces conditions ne sont pas remplies, le point n’est pas donné.

Le kendo est un sport extrêmement sévère et discipliné, avec de nombreux règlements qui doivent être respectés à tout moment. Chaque étape correcte du jeu de jambes a son propre nom. Les élèves sont censés appliquer à leur vie quotidienne la discipline et la politesse qu’ils apprennent lorsqu’ils sont confrontés à un adversaire.

Le kendo n’a pas de ceintures ; au lieu de cela, les kendo-ka sont évalués selon un système de kyu et de dan qui devient plus difficile au fur et à mesure qu’ils progressent, bien que les rangs supérieurs soient appelés « dan » et soient ensuite numérotés au fur et à mesure de leur progression (par exemple, 1er dan, 2e dan, etc.). De nombreux kendo-ka passent leur vie entière à s’entraîner car le système de classement devient plus difficile à chaque niveau. Le kendo est un art martial très répandu au Japon, où l’on trouve non seulement des écoles spécialisées mais aussi des clubs pour les étudiants dans de nombreuses écoles ordinaires.

kendo
Kendo

B. Le Naginata est un art martial traditionnel japonais particulièrement populaire auprès des femmes

Le nom de l’art martial et de l’arme, « Naginata », se traduit librement par « épée pour tuer l’adversaire ». Les combats ressemblent à ceux du kendo, sauf que le style particulier du naginata, qui consiste à balancer l’arme, permet de frapper les tibias. Le sabre naginata est constitué d’une lame fixée à l’extrémité d’une longue perche conçue pour permettre aux guerriers se trouvant dans des positions difficiles, comme à cheval, de porter des coups à longue portée.

Bien qu’initialement utilisé par les guerriers samouraïs au combat, l’arrivée des armes à feu dans les années 1500 a rendu le naginata obsolète, et il n’était plus utilisé que comme objet décoratif ou par les filles des familles de guerriers comme arme d’autodéfense. C’est ainsi qu’est née l’histoire de l’utilisation du naginata par les femmes, qui se poursuit encore aujourd’hui, les femmes étant les principales pratiquantes, bien que les hommes puissent également y participer. Pour utiliser et combattre efficacement des adversaires avec le naginata d’aujourd’hui, une quantité importante d’expertise est nécessaire.

Les pratiquants s’entraînent à renforcer leurs réponses et leur équilibre, et la posture et le kiai sont des aspects importants de l’art martial, comme ils le sont dans le kendo. L’arme naginata est utilisée pour « abattre » l’adversaire, et les méthodes particulières ont évolué et varié avec les différentes écoles qui ont émergé pendant l’ère Edo. Le Naginata classe les élèves selon les systèmes kyu et dan, et les examens utilisés pour déterminer le niveau de chaque élève varient selon l’école.

C. Le kyudo est un art martial japonais axé sur le tir à l’arc

Le kyudo est un type de tir à l’arc japonais dont le nom signifie « méthode de l’arc ». Il s’agit d’un art martial complexe dont le perfectionnement demande de la maturité et de la discipline. Son histoire est riche et remonte à la période Yayoi (environ 300 avant J.-C. – 300 après J.-C.). Outre les autres arts martiaux pratiqués par les samouraïs, Yoritomo no Minamoto (un shogun japonais légendaire) a déclaré que les samouraïs devaient exceller dans le tir à l’arc à cheval (yabusame) afin de renforcer la discipline spirituelle. Le tir à l’arc permettait des frappes à longue distance ainsi que des attaques en mouvement sans riposte instantanée des adversaires.

Avec l’arrivée des armes à feu au Japon, le tir à l’arc a été moins utilisé pour le combat et plus pour l’entraînement et la discipline spirituelle, en mettant l’accent sur l’habileté, l’attention et l’harmonie entre les deux. Bien que le kyudo soit actuellement divisé en plusieurs écoles, la Fédération japonaise de kyudo déclare que l’objectif principal de ce sport est le « shin-zen-bi » (vérité-bonté-beauté), les archers aspirant à tirer avec sincérité et bonté dans leur cœur. Les archers aspirent à tirer honnêtement avec de la bonté dans le cœur. Ils peuvent tirer de façon spectaculaire lorsqu’ils y parviennent. Les élèves pratiquent le kyudo en tirant sur des cibles situées à 28 mètres du champ de tir.

L’arc de kyudo est une œuvre d’art en soi. Sa forme asymétrique le distingue des arcs occidentaux, permettant à des personnes aux capacités physiques variées de concourir à égalité. Aujourd’hui, des démonstrations de kyudo sont encore organisées, ainsi que des représentations de yabusame lors de certains festivals.

Les élèves progressent dans les grades de kyu et de dan. Les épreuves de kyudo sont longues, impliquant de nombreuses cérémonies, et peuvent durer jusqu’à huit heures ! Ils sont réputés pour être difficiles à réussir.

kyudo
Kyudo

5. Système de classement des arts martiaux

Beaucoup de gens supposent que tous les arts martiaux utilisent des ceintures de couleur, la blanche étant la plus basique et la noire la plus avancée, parce que c’est une façon typique de se classer dans une variété d’arts martiaux et un moyen simple de garder une trace. Ce n’est pas vrai pour tous les arts martiaux, cependant. Certains arts martiaux, comme l’aïkido, ont des systèmes de classement différents selon l’école que vous fréquentez.

La plupart des arts martiaux que nous avons étudiés utilisent un système de classement/de gradation « kyu » (grade) et « dan » (niveau). Les grades de départ sont appelés kyu, et ils sont généralement donnés dans l’ordre croissant (6e kyu – basique, 5e kyu – intermédiaire inférieur et ainsi de suite). Après avoir obtenu tous les kyus, un pratiquant peut passer aux niveaux dan. Les grades dan sont plus avancés et sont attribués par ordre croissant (1er dan – avancé, 2e dan – plus avancé, etc.). Le classement peut être affiché de différentes manières selon l’école ou l’art martial, par exemple avec des ceintures de couleur, des bandes supplémentaires ou d’autres moyens.

6. Les arts martiaux féminins au Japon

Dans l’histoire du Japon, les femmes ont joué un rôle essentiel dans les combats. On trouve des traces de nombreuses combattantes exceptionnelles (onna-bugeisha) qui auraient dû pratiquer les arts martiaux dans le cadre de leur entraînement, mais leur position a évolué avec le temps et les normes culturelles les ont contraintes à rester à la maison. Néanmoins, surtout pendant la période Sengoku, les femmes guerrières ont continué à utiliser leurs talents martiaux pour protéger leurs familles et leurs villages (1467 – 1615).

Si certains arts martiaux, comme le sumo, n’autorisent pas les femmes à concourir, certains arts martiaux japonais, comme le judo et le karaté, comptent actuellement un grand nombre de compétitrices. Le Naginata, quant à lui, est considéré comme un art martial à prédominance féminine. Dans la plupart des arts martiaux, le sexe n’a plus d’importance. À l’exception du sumo, hommes et femmes apprennent et pratiquent ensemble, et de nombreuses écoles emploient des instructeurs féminins. Dans les compétitions professionnelles d’arts martiaux, cependant, la plupart des arts martiaux divisent les hommes et les femmes en catégories de genre différentes.

art martiaux japonais 4

7. Une tradition éternelle dans les arts martiaux Japonais

Au Japon, les arts martiaux continuent de jouer un rôle important. S’ils étaient autrefois utilisés pour le combat, ils sont aujourd’hui utilisés à des fins éducatives, d’autodéfense ou d’amélioration personnelle. Plusieurs organisations, dont certaines ont des antennes dans le monde entier, visent à préserver les traditions et l’héritage des différents arts martiaux. De nombreuses écoles les proposent également comme cours facultatifs afin que les élèves puissent participer aux arts martiaux en tant que club ou activité extrascolaire.

À l’instar des samouraïs, les pratiquants s’efforcent d’acquérir une compréhension approfondie de l’art martial qu’ils pratiquent et s’attachent à se renforcer non seulement physiquement, mais aussi spirituellement et mentalement. Cet engagement en faveur du développement de l’esprit et de l’âme a permis aux arts martiaux de prospérer pendant des millénaires et continuera à le faire à l’avenir. De nombreux concours d’arts martiaux sont encore organisés au Japon, alors allez en voir un si vous en avez l’occasion !

1 réflexion sur “Art Martiaux Japonais : TOP 8”

  1. Ping : Tengu : les Redoutables Farceurs du Japon | Paradis Japonais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier